Dr. Bruno Lalanne - Chirurgie esthétique à Paris.
Consultations : 09.75.18.60.8509.75.18.60.85 ou prenez rendez-vous en ligne

Procédure d’intervention de l’augmentation mammaire

Vous êtes ici : Accueil » Augmentation Mammaire

L’augmentation mammaire est une intervention chirurgicale qui consiste à augmenter le volume des seins naturellement trop petits ou qui le sont devenus après un amaigrissement, une grossesse ou une modification hormonale. Cette intervention permet également de modifier la forme des seins, corriger ceux qui souffrent d’un relâchement cutané ou sont asymétriques.

augmentation mammaire

L’augmentation mammaire : une intervention courante en matière de chirurgie esthétique.

Cette intervention est un acte de chirurgie esthétique ou réparatrice, qui consiste en la mise en place de prothèses mammaires associée parfois avec un redrapage ou lifting cutané (mastopexie) ou en un lipofilling des seins (injection de graisse autologue).

C’est aussi, et surtout, un acte mûrement réfléchi par la patiente tant au niveau de l’intervention elle-même, que du choix du chirurgien et du type d’augmentation mammaire le plus adapté à sa constitution et au résultat souhaité.

Ainsi, l’augmentation mammaire par implants est une intervention toujours programmée et proposée à des patientes en bon état de santé.

 Je consulte
Contactez-nous
Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

Avant l’intervention

Choix du chirurgien

L’augmentation mammaire relève, d’abord et le plus souvent, du désir profond qu’éprouve une femme à mettre en valeur la partie de son corps qui est le symbole même de sa féminité. Il est donc primordial qu’elle puisse confier cet acte d’embellissement à une personne de grande confiance, avec qui un dialogue peut être établi.

 En effet, une augmentation mammaire doit toujours être personnalisée et conserver l’aspect naturel de la poitrine.  Un chirurgien esthétique qualifié doit assister et conseiller dans le choix des implants (forme, aspect et positionnement), en prenant en compte la morphologie et les souhaits de la patiente. Il ne doit ni choisir à sa place, ni la laisser choisir.

Par conséquent, bien choisir son chirurgien est le premier critère de réussite de l’opération. Car c’est à la fois en artiste, connaisseur de l’anatomie, technicien mais aussi en psychologue que le praticien intervient.

 Nombre et déroulement des consultations

L’intervention est toujours précédée d’une à deux deux consultations avec le chirurgien.

Lors de la première consultation, qui peut durer une heure, un examen des seins et un interrogatoire précis permettent de définir la prothèse mammaire idéale et la plus adaptée à la morphologie de la patiente et à l’anatomie de la poitrine préexistante. Des prothèses d’essai sont utilisées et un essayage avec un soutien-gorge adapté est effectué.

Un consentement éclairé est remis à la patiente ainsi qu’un devis précis et détaillé.

La deuxième consultation, souvent nécessaire, permet de faire le point sur les avantages et risques de l’intervention et de choisir le volume définitif des prothèses mammaires,

Coût de l’intervention

Le tarif des augmentations mammaires varie selon le travail à effectuer (augmentation seule ou associée à un lifting des seins). Les prix TTC (TVA 19,6% incluse qui passera à 20% au 1er janvier 2014) peuvent atteindre 6000€ ; ils  varient entre 4500 et 6000 €.  le devis proposé doit inclure les honoraires des médecins (chirurgien et anesthésiste), les frais de clinique, les implants et le suivi après l’opération.

Les frais de cette intervention,  lorsqu’elle n’a qu’un but esthétique, ne sont pas pris en charge (sauf exception) par la Sécurité Sociale.

Que faire avant le jour J ?

Une fois votre décision prise :

  1. Une consultation avec un médecin anesthésiste est fixée quelques jours avant l’intervention, afin de garantir une anesthésie générale dans les meilleures conditions.
  2. Un bilan sanguin est réalisé dans la semaine précédant l’intervention.
  3. Une mammographie et/ou une échographie mammaire datant de moins d’un an est souhaitable.
  4. Toute maladie doit être signalée aux médecins.
  5. La prise d’aspirine et d’anti-inflammatoires non stéroidiens doit être évitée dans les 10 jours précédant l’intervention.
  6. La prise de produits contraceptifs oraux doit être suspendue.
  7. L’arrêt de la cigarette une à deux semaines avant l’opération est parfois nécessaire
 Je consulte
Contactez-nous
Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

L’intervention

 Durée du séjour à l’hôpital

La durée de l’hospitalisation pour une augmentation mammaire varie entre 24 et 48 heures. De plus, suivant la nature de votre activité professionnelle, un arrêt de travail (non pris en charge par l’assurance maladie) d’une à deux semaines est nécessaire.

Durée et déroulement d’une intervention

La première étape est la prévention des infections, qui repose sur un protocole précis incluant des douches préopératoires avec savon antiseptique réalisées la veille au soir et le matin même de l’intervention ; il est souhaitable de ne plus se maquiller ni de porter de bijoux dès la première douche. Ce protocole comprend aussi la perfusion d’un antibiotique pendant l’intervention.

Dans le même temps, des dessins de repérage seront réalisés par le chirurgien sur la peau de votre thorax.

dessin repérage augmentation mammaire

Tracés de repérage avant intervention d’augmentation mammaire

Au cours de l’opération, qui dure 1 à 2 heures, le chirurgien pratique une incision, décolle les tissus, insère les implants mammaires devant ou derrière le muscle, puis referme avec des fils de suture internes et résorbables. Cette même technique est utilisée, quelle que soit la voie d’accès (ou d’abord) : péri-aréolaire (sur le pourtour de l’aréole qui entoure le mamelon), sous-mammaire (dans le sillon du sein) et axillaire (dans le creux de l’aisselle). Chacune de ces voies présente des avantages et des inconvénients, qu’il convient de discuter avec votre chirurgien.

Un pansement légèrement compressif englobant l’ensemble de la poitrine est généralement réalisé à la fin de l’intervention ; il est remplacé, le plus souvent le lendemain, par des pansements plus petits, placés sur les sutures. Une brassière sans armatures est le plus souvent recommandée pendant 1 mois. L’aspect de la suture s’atténue après le premier mois.

 Douleurs post-opératoires

Les douleurs post-opératoires généralement ressenties, sont extrêmement variables d’une personne à l’autre. Elles peuvent être liées au positionnement ou au volume des implants, à un manque d’élasticité de la peau ou encore, à la présence de drains dans la plaie. Elles s’atténuent au fil des jours mais un traitement antalgique permettra de les soulager dès les premiers symptômes.

 Je consulte
Contactez-nous
Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

Après l’intervention

Cicatrices

Suivant le type d’opération subie et la voie d’accès choisie, les cicatrices se situent sous le sein, l’aisselle ou autour de l’aréole.

incisions augmentation mammaire

Les différentes cicatrices suite à une augmentation mammaire

D’une façon générale, les cicatrices liées à la pose d’implants mammaires sont assez discrètes mais jamais invisibles. Aussi, parce que la qualité de la cicatrisation après une incision est variable d’un individu à l’autre, il arrive qu’elles soient très visibles et disgracieuses. Rarement, une cicatrice chéloïde, c’est-à-dire anormalement rouge et épaisse et ne s’améliorant pas spontanément, peut se développer. Dans tous les cas, l’évolution d’une cicatrice normale demande environ une année ; elle est rouge et épaisse pendant les premiers mois, puis s’aplatit et blanchit.

Ainsi, dans l’éventualité d’une mauvaise cicatrisation, il est conseillé d’inciser à l’endroit où la cicatrice sera la moins gênante.

Résultats

L’augmentation du volume de la poitrine peut être constaté tout de suite après l’opération. Ceci est dû, en partie, à un œdème qui se résorbe au bout d’un mois ou deux. Le résultat n’est définitif qu’au bout de six mois au moins, après que les tissus se sont adaptés à la nouvelle forme.

Comme pour toute chirurgie esthétique, le résultat en matière d’augmentation mammaire parfait n’existe pas.

Certaines imperfections sont probables mais le plus souvent très peu visibles, secondaires et acceptables, compte tenu d bénéfice global de l’intervention. Elles englobent :

  • Une asymétrie de volume ou de forme, liée le plus souvent à une asymétrie entre les deux seins, présente avant l’intervention
  • Une asymétrie de position des implants, parfois liée au fait que le chirurgien doit suivre l’asymétrie naturelle de la patiente
  • La visibilité des contours des implants et la perception des implants au toucher, surtout si la patiente est mince, la glande mammaire peu épaisse et les implants volumineux
  • Des seins très fermes et peu mobiles, une imperfection généralement due à un volume d’implants trop important par rapport à la souplesse des tissus.

 En cas d’imperfections trop importantes, vous pourrez discuter avec le chirurgien du moyen de les atténuer.

Recommandations et suivi

Les seins étant plus lourds, le port d’un soutien-gorge de maintien (ou de contention), disponible en pharmacie OU dans les magasins de sport, est recommandé pendant un mois. Le retour au port d’un nouveau soutien-gorge normal, avec armatures, est en général possible 4 à 6 semaines après l’intervention.

L’arrêt du sport est nécessaire pendant un à deux mois, selon les activités pratiquées et le type d’augmentation mammaire réalisée (position et type d’implants).

Tous les mouvements en force utilisant les bras ainsi que l’élévation des bras sont douloureux les premiers deux mois, surtout en cas de placement des implants en arrière des muscles pectoraux. Des consignes spécifiques doivent être respectées en cas d’utilisation d’implants anatomiques afin de limiter leur risque de rotation.

Risques de complications

Comme toute intervention chirurgicale, l’augmentation mammaire par implants comporte naturellement un certain nombre de risques qu’il faut savoir connaissance et accepter :

  • L’hématome est une accumulation de sang autour de l’implant, survenant généralement dans les heures suivant l’intervention. S’il est important, il est évacué au bloc opératoire et ne laisse généralement pas de séquelles. Les hématomes de faible importance  se résorbent spontanément mais peuvent favoriser la survenue de coques.
  • Le sérome est une accumulation de lymphe autour de l’implant, qui provoque une augmentation temporaire du volume du sein. Il se résorbe le plus souvent spontanément.
  • L’infection sur un implant mammaire est relativement rare, en comparaison à d’autres interventions chirurgicales. Mais elle nécessite le retrait temporaire de l’implant et peut survenir aussi bien dans les premiers jours que bien après l’intervention. Elle est généralement limitée au sein et soignée par traitement antibiotique si l’implant a été retiré.
  • La nécrose cutanée, rarissime, est due à un manque d’oxygénation de la peau lorsqu’elle est mise sous tension excessive.
  • Une modification fréquente de la sensibilité de la poitrine au toucher, diminue le plus souvent en deux à trois mois
  • Un écoulement ou épanchement de lait, rare et spontanément réversible, est lié à une stimulation hormonale.

Augmentation mammaire et cancer du sein

Il est actuellement prouvé que la présence d’implants mammaires n’augmente pas le risque de survenue d’un cancer du sein ni n’entrave son traitement. Reportez-vous aux questions-réponses pour de plus amples informations.

En revanche, les implants, les coques ou les fuites de gel de silicone non traitées peuvent rendre plus difficile le diagnostic d’un cancer à l’examen clinique ou sur les mammographies. Il est donc essentiel d’en aviser le médecin ou le radiologue, pour d’éventuels examens plus adaptés.

Par ailleurs, la présence d’implants ne permet pas toujours de préciser par un simple prélèvement à l’aide d’une aiguille, le diagnostic d’un cancer et entraine l’emploi de techniques plus invasives.

Augmentation mammaire et grossesse

Le port d’implants mammaires n’empêche pas de mener à bien une grossesse ni d’allaiter son enfant. Cependant, un délai de 12 mois doit être respecté entre l’intervention et le début de la grossesse.

 Je consulte
Contactez-nous
Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur LinkedIn
  • Partager sur Google+

Vos questions fréquentes

Le Dr. Lalanne vous accompagne dans votre choix de bonnet dans le cadre d'une intervention d'augmentation mammaire. Apprenez-en davantage. En savoir +

Présentation des contre-indications pour une intervention d'augmentation mammaire par le dr. Lalanne, chirurgien esthétique à Paris 8. En savoir +

Aréolaire, axillaire ou sous-mammaire : découvrez les différents types de cicatrices existants suite à une intervention d'augmentation mammaire. En savoir +

Question fréquente avant une intervention d'augmentation mammaire : la perte de sensibilité au niveau des mamelons de la patiente. Qu'en est-il réellement ? En savoir +


Vous n'avez pas trouvé la réponse à votre question ?
Consultez la foire aux questions sur la chirurgie mammaire ou entrez en contact avec nous pour des renseignements plus personnalisés.

Voir + de réponsesNous contacter