Dr. Bruno Lalanne - Chirurgie esthétique à Paris.
Consultations : 09.75.18.60.8509.75.18.60.85 ou prenez rendez-vous en ligne

Les Prothèses Mammaires

Vous êtes ici : Accueil » Prothèse Mammaire

Un implant (ou prothèse) mammaire est un « faux sein » constitué d’une enveloppe renfermant un produit de remplissage et inséré dans la poitrine par un chirurgien lors d’une intervention pratiquée sous anesthésie générale.

Comment choisir l’implant idéal ?

Du choix des implants dépend la qualité du résultat, surtout si l’on souhaite obtenir une poitrine d’aspect naturel.

Aujourd’hui, l’éventail des prothèses et des techniques disponibles est beaucoup plus large qu’il y a deux décennies. Chacune d’elles présentant divers avantages et inconvénients, il convient de choisir avec son chirurgien, celle qui répond le mieux à ses attentes et à sa morphologie.

Il faut toujours garder à l’esprit que :

  • La poitrine évolue lors des grossesses et avec l’âge
  • Un chirurgien peut refuser une demande d’intervention démesurée.

Qui plus est, il importe, aujourd’hui, de privilégier des implants sûrs, bénéficiant d’une antériorité importante de mise sur le marché et des contrôles réguliers.

Les prothèses mammaires ou le lipofiling sont les techniques d’augmentation mammaire les plus fiables et les  plus sûres. 

 Je consulte
Contactez-nous
Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

Quelle technique utiliser ?

Le lipofilling

lipofilling prothèse mammaire

Injection de graisse ou lipofilling

Depuis novembre 2011, une nouvelle technique appelée lipofilling (ou injection de graisse autologue) permet de prélever de la graisse sur la patiente, la purifier et la réinjecter dans les seins. Cette méthode permet d’éviter la mise en place d’un corps étranger et de bénéficier, dans le même temps, d’une lipo-aspiration des excès graisseux.

Malgré les mises en garde de la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique (SFCPRE) contre cette technique, encore trop récente pour en évaluer les risques et les conséquences, les demandes d’augmentation mammaire par lipofilling augmentent régulièrement.

Inconvénients :

  • L’intervention dure trois ou quatre heures et deux à trois opérations sont nécessaires pour un résultat définitif.
  • Une certaine stabilité pondérale est conseillée après l’intervention.
  • Le suivi radiologique fondamental chez toute femme en période d’activité génitale pourrait être perturbé par ces injections.

La prothèse mammaire

Le procédé d’augmentation mammaire de loin le plus utilisé consiste à mettre en place des implants (ou prothèses) mammaires. Il a l’intérêt d’avoir été largement évalué et d’être de mieux en mieux maîtrisé, entraînant un taux de satisfaction des patientes très important.

Prothèse mammaire en silicone

Prothèse mammaire en silicone

 Je consulte
Contactez-nous
Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

Quelle forme choisir ?

Le choix de la forme des implants selon le souhait de la patiente est fondamental, mais également en fonction la forme naturelle des seins et du thorax, sur lequel reposent les prothèses mammaires. C’est un examen approfondi de ces deux éléments qui permettra au chirurgien d’offrir le conseil le plus avisé. 

formes prothèse mammaire

Formes possibles de la prothèse mammaire

Implants ronds

Les implants ronds, dont le choix augmente régulièrement, privilégient des augmentations mammaires naturelles, un décolleté plus pigeonnant et un aspect davantage bombé dans la partie haute des seins.

Etant hémisphérique, l’implant rond n’entraîne pas d’altération de la forme du sein en cas de rotation.

Implants mammaires anatomiques

Les implants mammaires anatomiques sont en forme de goutte d’eau de profil et, parce qu’ils varient en largeur, hauteur et projection, s’adaptent avec plus de précision aux mensurations de chaque patiente.

Reproduisant l’anatomie d’un sein naturel tombant légèrement, ce type de prothèse est particulièrement adapté aux patientes minces avec des tissus non épais ou n’ayant que peu de glande mammaire, ainsi que pour les cas de reconstruction mammaire.

Leur inconvénient principal est, à plus ou moins long terme et peu fréquemment, une rotation qui modifie la forme du sein et conduit parfois à une ré-intervention pour un re-positionnement.

Par ailleurs, le gel de silicone contenu dans les implants anatomiques est très cohésif et donne au sein un plus ferme et bombé qu’avec certains implants ronds.

 Je consulte
Contactez-nous
Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

De quoi est constituée une prothèse mammaire ?

L’enveloppe

L’enveloppe des implants mammaires est toujours constituée par un élastomère de silicone, sans risque pour la santé. Sa surface extérieure peut être lisse (et transparente) ou texturée (plutôt rugueuse et opaque).

La surface des implants ronds peut être lisse ou texturée, mais celle des implants anatomiques est toujours texturée, sa rugosité limitant le risque de rotation.

Les prothèses mammaires à enveloppe lisse donnent des seins plus souples et plus mobiles mais se déplaçant anormalement et provoquant des réactions d’intolérance (coques), notamment lorsqu’elles sont placées en position rétro-glandulaire.

Les implants à enveloppe texturée seraient mieux tolérés mais peuvent réduire le mouvement et la souplesse des seins.

Le contenu

Le sérum physiologique

Le sérum physiologique contenu dans les implants mammaires est une solution de chlorure de sodium (eau salée) de même concentration que celle du corps humain.

Avantages :

Il ne nuit pas à l’organisme en cas de rupture de l’enveloppe de l’implant, étant absorbé et éliminé de façon naturelle.

Inconvénients :

  • Une consistance manquant de naturel lors de la palpation des seins
  • Un dégonflement progressif qui, même modéré, aboutit souvent après 5 à 10 ans à un aspect de « vagues » à la surface des seins et une consistance de moins en moins naturelle
  • Le dégonflement brutal en cas de rupture de l’enveloppe ou d’ouverture de la valve ayant permis de remplir l’implant, et aboutissant à son remplacement rapide.

Les demandes de prothèses mammaires en sérum physiologique sont devenues exceptionnelles.

Le gel de silicone

L’augmentation mammaire par prothèse en gel de silicone est autorisée à nouveau en France depuis janvier 2001.

Les implants mammaires de dernière génération, pré-remplis de gel de silicone cohésive, répondent de façon très rassurante et en majorité aux demandes d’augmentation mammaire.

Avantages :

  • Le résultat le plus esthétique et le plus harmonieux
  • Un toucher très naturel et agréable, grâce à leur enveloppe de silicone
  • Un aspect de « vagues » moins fréquent et moins important
  • Pas de risque d’épanchement dans l’organisme ni de changement d’implants tous les 10 ans
  • Pas de changement dans le volume des siens, en cas de rupture
  • Aucun risque d’affection maligne ou de maladies auto-immunes

Inconvénients :

  • La poitrine ne bouge pas aussi normalement qu’avec d’autres gels.
  • Une rupture de l’implant peut passer inaperçue pendant un certain temps car le volume du sein ne change pas.
  • En cas de rupture, le gel de silicone peut être très irritant pour le sein et difficile à retirer.

Il est donc nécessaire d’assurer un contrôle régulier des implants par l’intermédiaire de votre chirurgien.

L’acide hyaluronique

Suite à la problématique des prothèses mammaires fabriquées par le laboratoire « Poly Implant Prothèse » (PIP), les injections d’acide hyaluronique, lancées dans les années 2000, sont interdites dans les seins depuis septembre 2011.

Quel volume choisir ?

Trop faible, trop important… Le choix du volume des implants est souvent la préoccupation principale des patientes.

Le volume des seins doit s’approcher le plus possible du souhait de la patiente, mais surtout, être en harmonie avec le reste du corps et tenir compte de la morphologie, de la souplesse des tissus et des possibilités techniques.

Il faut savoir que le résultat final de l’augmentation mammaire dépend aussi du volume naturel des seins et de la forme plus ou moins bombée du thorax. Un même implant peut donner un résultat différent selon l’anatomie de la patiente.

 Je consulte
Contactez-nous
Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

Où placer les implants ?

Suivant la morphologie de la patiente, le médecin peut proposer plusieurs manières de positionner la prothèse.

positionnement prothèse mammaire

Positionnements de la prothèse mammaire

La position rétro-musculaire

Les implants sont placés sous le muscle grand pectoral.

Cet emplacement est indiqué pour les patientes très minces car il favorise un camouflage des contours de la prothèse et un résultat naturel. De plus, il autorise l’allaitement en toute sécurité.

Cependant, ce positionnement de l’implant réduit la mobilité des seins et lors de la contraction musculaire, fait apparaitre des déformations. De même, on observe souvent au repos un double sillon inesthétique dans la partie inférieure du sein.

La position rétro-glandulaire

L’implant est positionné derrière la glande mammaire et devant le muscle grand pectoral.

Cet emplacement est indiqué chez les patientes qui présentent un certain affaissement de la poitrine et dont l’épaisseur cutanée permet de camoufler les contours de l’implant.

Cette position conserve l’aspect naturel du sein et permet de positionner idéalement la prothèse dans le sillon sous-mammaire. Les suites opératoires sont, dans ce cas, bien moins douloureuses.

La position en « dual plan »

Bien que plus compliquée, la technique la plus moderne et offrant les résultats les plus naturels est le « dual plan » (ou bi-plan). Elle est privilégiée chez les femmes minces présentant une faible épaisseur cutanée et un faible volume de tissu glandulaire et souhaitant un « joli déroulé » des seins.

Cette technique présente les avantages des loges pré-musculaires et rétro-musculaires, en dissimulant la partie haute de l’implant sous le muscle grand pectoral et empêchant la partie basse, logée sous la glande mammaire, de se figer lors des contractions du muscle.

Inconvénient :

Les bords de la prothèse se sentent plus facilement au toucher.

 Je consulte
Contactez-nous
Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.

Complications

Coque péri-prothétique

L’enveloppe fibreuse constituée naturellement par l’organisme autour d’une prothèse mammaire, comme autour de tout corps étranger, est appelée « capsule péri-prothétique ». Elle est fine et souple et imperceptible au toucher.

Cette capsule s’épaissit si les implants ne sont pas tolérés par l’organisme, formant une coque qui donne des seins anormalement fermes, pouvant se déformer, se déplacer et devenir douloureux.

La survenue des coques, imprévisible et souvent sans raison apparente, serait plus rare avec des implants à surface texturée ou placés en situation rétro-pectorale. Leur fréquence a considérablement diminué avec l’amélioration des techniques chirurgicales et l’utilisation des prothèses mammaires de nouvelle génération.

Dans les cas importants, une ré-intervention s’impose pour inciser la coque ou la retirer, et changer parfois les implants ou leur positionnement.

 Rupture de l’implant

Il est impossible de prévoir ni de garantir la durée de vie des implants mais celle-ci est habituellement de dix à vingt ans.

De même, il est impossible de prévoir la survenue de la rupture des implants, inéluctable et liée à la simple usure de l’enveloppe. Elle peut se faire par petites perforations ou par ouverture massive.

Malposition de la prothèse mammaire

Une malposition d’implant peut être causée soit par une mauvaise appréciation de sa position lors de l’intervention, soit par un déplacement secondaire, possible dans les heures suivant l’intervention ou beaucoup plus tard.

Un re-positionnement est généralement possible, mais suppose une nouvelle intervention.

 Je consulte
Contactez-nous
Nous reviendrons vers vous dans les plus brefs délais.
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur LinkedIn
  • Partager sur Google+

Vos questions fréquentes

Présentation de la prothèse mammaire : différents types existants, enveloppes possibles, etc. Découvrez-en davantage. En savoir +

De la pose à la cicatrisation, le Dr. Lalanne vous présente tous les risques associés à la prothèse mammaire. En savoir +

Le risque de cancer associé à la pose de prothèse mammaire n'est pas avéré selon des études menées récemment. Sachez-en plus en lisant cette page. En savoir +

L'allaitement de votre bébé est dans la plupart des cas possible, même après une pose de prothèses mammaires. Plus d'informations ici. En savoir +

Le Dr. Lalanne vous informe sur la durée de vie de vos prothèses mammaires et vous explique comment savoir s'il faut les changer. En savoir +


Vous n'avez pas trouvé la réponse à votre question ?
Consultez la foire aux questions sur la chirurgie mammaire ou entrez en contact avec nous pour des renseignements plus personnalisés.

Voir + de réponsesNous contacter